Écrire le travail

Boulot, turbin, bizness, taf, job, le travail est la texture de notre quotidien et un élément de notre identité. Si les écrivains le questionnent depuis la fin du 19e siècle, le thème a resurgi ces vingt dernières années, éclairé par de nouvelles réalités, sous la forme de fiction, poésie, témoignages et essais. Le stage permettra aux écrivants d’explorer et de transformer par les voies de la fiction ou du documentaire cette matière très riche que constitue l’expérience professionnelle.

Public

Tout public pour qui le travail est porteur d’histoires et d’enjeux personnels.

Objectifs

- Transformer le travail en territoire d’écriture ;
- Pratiquer diverses techniques et approches de l’écriture ;
- Rendre visibles les faces cachées du travail ;
- Faire de l’écriture un outil d’exploration et de réflexion.

Prérequis / Orientation

Ouvert à tous

Contenu

Le sujet du travail recouvre de nombreuses facettes : initiation, transmission, reproduction, gestes et savoir-faire, gratifications, vie sociale, nouveaux métiers, mutations, etc. La période que nous traversons l'a remis sur le devant de la scène, pointant par exemple des métiers essentiels mais peu reconnus. De tous ces aspects, la littérature se fait l’écho comme l’attestent, chacun à leur manière, Paul Auster, Studs Terkel, Juliette Rigondet, Michel Leiris, Joseph Ponthus, Primo Levi ou Vincent Message. Au cours de ce stage, nous explorerons un corpus à la croisée de la littérature et des sciences sociales avec ses caractéristiques propres : la singularité des situations et des protagonistes, leurs émotions, le partage d’une expérience subjective, et un travail important sur la forme.
Ce qui fonde cette proposition sur le travail, c’est la grande richesse biographique que recèle l’expérience professionnelle de chacun. Ce que nous vivons, constatons, observons : petits boulots, vérités et mensonges de la vocation, classé/déclassé, étrangers et invisibles... Il s’agira de la transformer en objet littéraire, selon la forme qui correspondra le mieux à votre sensibilité. Pour ce faire, on s’exercera à diverses formes, l’inventaire, l’interview et le récit documentaire, l’investigation autobiographique, la chronique, le fragment, le portrait... etc, rencontrées dans les textes d’appui. À l'issue du stage, on pourra apprécier peut-être le double mouvement de la mise à distance et de la réappropriation de cette part de notre existence par la voie de l'écriture.

Méthodes pédagogiques

La méthode repose sur l’implication active des participants comme de l’animatrice. Elle est également interactive, par le jeu des allers et retours entre l’écriture individuelle et les échanges au sein du groupe. La bienveillance est de rigueur, pour accueillir la subjectivité de chacun. L’expérience de l’animatrice pourra permettre à chacun de trouver les moyens de rebondir, d’aller plus loin dans la découverte de la thématique et de son écriture.

Clôture des inscriptions au plus tard 8 jours avant la date de l’atelier.

18 nov. 22 nov. 2024
A distance
par Teams
14h30-17h30
15 h.
Découverte

Écrire le travail

18 nov 2024, 19 nov 2024, 20 nov 2024, 21 nov 2024, 22 nov 2024
avec Isabelle Pleskoff

270 € ou 3 x 90€
pour les particuliers

540 €
formation continue (en savoir +)