Publié le 8 février 2011

Retour sur les Inédits avec Georges-Olivier Châteaureynaud

C’est dans le plaisir des retrouvailles avec un public fidèle et impliqué que nous avons inauguré ce lundi 24 janvier 2011 Les Inédits de la saison avec Georges-Olivier Châteaureynaud, au Centre Wallonie-Bruxelles.

Prix Goncourt de la nouvelle (2005), prix Renaudot pour la Faculté des songes en 1982, Georges-Olivier Châteaureynaud est l’auteur d’une centaine de nouvelles et de 8 romans. Il appartient au courant « La nouvelle fiction », mouvement créé autour de Frédérick Tristan.
Délaissant quelque peu son penchant littéraire pour le glissement du quotidien vers le fantastique, l’auteur a lu quelques extraits d’un texte autobiographique à paraître au printemps prochain au Seuil. Il répond aux questions de Jean-Louis Escarret et du public avec simplicité et jubilation. « Le premier mot d’une histoire peut être n’importe quel mot du dictionnaire. Dès le deuxième mot, vous n’avez plus le choix, il est forcément relié au premier. (…) Mon ambition stylistique est de pouvoir justifier toute phrase, que tout soit nécessaire et significatif  ».

Fête de l’écriture, bonheur et exigence du travail, mise en œuvre de ses chantiers, importance du psychisme qui tire l’inconscient vers l’imaginaire, aventures d’écriture collective, il raconte, en l’illustrant par la métaphore de la perle dans l’huître, comment naît pour lui une nouvelle, «  un élément déclencheur qui va exiger de l’auteur un accommodement autour duquel il va bâtir une fiction minimale mais complexe ». Il nous parle des auteurs qui ont compté pour lui, Rimbaud, Michaux et raconte comment « sortir des ombres qui nous portent à devenir des clones de ces grands auteurs ». Il lit plusieurs extraits de Résidence dernière, nouvelle issue du recueil Le Montreur de sphinx, à paraître en mars prochain qui met en scène un écrivain en prise avec son travail… texte qui résonne particulièrement pour le public.

Les prochaines rencontres :

À l’Institut Finlandais
60, rue des Écoles - 75005 PARIS
À partir de 19h30 ; la soirée : 12 €


Nathalie KUPERMAN le 21 février 2011
Olivia ROSENTHAL le 4 avril 2011
Eva ALMASSY le 16 mai 2011
Marie-Hélène LAFON le 20 juin 2011

Image 1 sur 3

Image 2 sur 3

Image 3 sur 3