Aleph-Écriture

Pourquoi ce drôle de nom, Aleph ?

Il fait référence au titre d’un recueil de nouvelles de l’écrivain argentin Jorge Luis Borges : L’Aleph. La nouvelle qui donne son titre au recueil est construite autour d’un mythe. Il existerait dans le monde 7 petites billes de couleur, des aleph justement, permettant de contempler simultanément, pour qui les regarde, tous les moments successifs et tous les lieux contigus de l’univers. Cet espace mythique, bien sûr, c’est l’écriture.

D’où vient Aleph-Écriture ?

La société a d’abord été une association, Aleph-Ateliers d’écriture. Elle a été créée en 1985 par Alain André, Jacqueline Dupret et Danièle Nony. Elle est devenue société en 1991 : il s’agissait d’une activité professionnelle conduite par les salariés et le propriétaire des locaux du 7 rue Saint-Jacques (siège d’Aleph) ne voulait pas louer à une association. Les trois fondateurs étaient enseignants de Lettres et venaient de province. Auteurs débutants, ils ne se retrouvaient pas dans les très rares ateliers existant déjà à cette époque (Ciclop, Elisabeth Bing, GFEN, Jean Ricardou). Ils ont donc imaginé les ateliers d’écriture dont des auteurs débutants, dans ce pays, pouvaient avoir besoin : des ateliers de “seconde génération” (Marianne Alphant, Libération).

Où ont lieu les formations d’Aleph ?

Dans plusieurs villes de France : Paris, Lyon, Bordeaux, Bergerac, Andernos-les-Bains, La Rochelle, Niort, Angers, Toulouse, Tarbes, Angers, Nantes mais aussi à distance avec les ateliers par e-mail.

Pourquoi les ateliers d’écriture coûtent-ils cher ?

C’est une question très relative. Les intervenants Aleph ont acquis au cours des années et d’échanges pédagogiques mutuels un savoir faire qui fait l’identité qualitative d’Aleph depuis des années. Ceci dit, c’est aussi la question qu’on pose aux libraires à propos des livres, aux disquaires à propos des CD, etc. La culture, la formation, ne sont pas gratuites dans ce pays. La société Aleph n’est pas subventionnée, ne reçoit pas la moindre aide, ni d’état, ni municipale ni de quelque sponsor que ce soit. Et 80% des sommes que vous versez en vous inscrivant à un de nos ateliers, sont consacrés aux salaires et aux charges qu’ils génèrent peut-être anecdotique mais pas seulement : le coût horaire d’un atelier d’écriture n’est pas supérieur à celui d’un bon cours de chant, de peinture ou de tango argentin.

Pourquoi devrais-je m’inscrire aux ateliers d’Aleph, alors qu’il en existe de moins chers ? Comment expliquer les différences de prix entre les différents organismes qui proposent des ateliers d’écriture ?

Il en existe aussi de plus chers. Il est important de voir pourquoi certains ateliers sont moins chers. Ils sont parfois animés par des personnes qui ont une autre activité professionnelle (principale) et animent en plus, pour le plaisir, en amateurs. D’autres animent à domicile ou se font payer de la main à la main, sans déclarer leur activité. Quelques petites associations proposent des tarifs intéressants parce que tout le travail effectué autour des ateliers (la communication, l’organisation, etc.) l’est de façon bénévole. Aleph est une structure reconnue, déclarée, qui a créé des emplois y compris pour les salariés de la structure, qui loue des locaux, qui a une politique de formation des animateurs. Tout cela a un prix, celui du professionnalisme, dont l’enjeu est clair : la qualité. Celle des animateurs, celle de l’éventail construit des formations que nous proposons.

Pourquoi le tarif Formation permanente est-il le double du tarif pour les particuliers ?

Aleph-Écriture est un centre de formation, déclaré comme organisme de formation permanente. Il propose, au titre de la formation permanente, des tarifs plutôt modestes. Les tarifs consentis aux particuliers, c’est-à-dire aux personnes qui n’ont pas la chance de pouvoir se faire prendre en charge par leur entreprise, correspondent à une réduction de 50% sur ces tarifs au titre de la formation permanente.

Dans quels cas peut-on bénéficier d’une réduction ?

Les personnes de moins de 26 ans et celles qui sont exonérées d’impôt bénéficient et de la réduction forfaitaire de 50% sur les tarifs formation permanente et d’une réduction, supplémentaire et cumulable, de 25% (sur justificatif).

Peut-on déduire du règlement les séances que l’on a manquées au cours d’un atelier régulier ou d’un cycle ?

Non. Les séances sont réglées à l’avance parce que la personne a estimé qu’elle pouvait s’engager à les suivre. Cela dit, il est possible de demander ce remboursement (ou le report sur une autre inscription) en cas de problème médical grave.

Doit-on payer toute l’année avant la première séance ? Ou bien un étalement est-il possible ?

Pour les ateliers et cycles à l’année, l’inscription est un geste qui engage sur l’année. Nous considérons que l’inscription est ferme lorsque nous avons reçu les arrhes, le solde devant être versé lors de la première séance. Il est néanmoins possible de donner plusieurs chèques et de demander leur encaissement trimestre par trimestre. Ces chèques sont restitués en cas d’empêchement majeur (maladie grave ou déménagement à l’autre bout de la France, par exemple).

Sur quels critères les animateurs d’Aleph sont-ils choisis ?

Ce sont des passionnés d’écriture, de lecture et de littérature. Ils ont une authentique pratique de l’écriture, régulière et enracinée. Ils ont le plus souvent déjà suivi eux-mêmes beaucoup d’ateliers, et en tout cas une formation approfondie à l’animation. Ils sont familiarisés avec la dynamique des groupes, disposent de vraies qualités tant personnelles que relationnelles. En outre, ils travaillent ensemble à l’analyse de leurs pratiques d’animation.

Est-ce que tous les animateurs d’ateliers réguliers à Aleph suivent le même programme ?

Ils sont formés à la même méthode, qu’ils déclinent avec leur style propre. Ils disposent d’un ensemble de séances, constituant un “corpus” commun, un exemple de progression, dans quoi ils puisent librement, et à quoi ils ajoutent les inventions de leur cru. Ils bénéficient de l’accompagnement des personnes qui ont rassemblé ce corpus : les deux fondateurs qui œuvrent encore aujourd’hui à Aleph (Alain André et Jacqueline Dupret).

Quelle est la légitimité des animateurs d’Aleph ? Est-ce que ce sont des profs, des formateurs ou des écrivains ? Qu’est-ce qui permet de croire que ce sont de bons intervenants ?

Aleph est une pépinière d’animateurs d’ateliers d’écriture. Ceux qui restent y travailler après leur formation initiale partagent une certaine conception de l’atelier, une approche pédagogique et des contenus, qu’ils déclinent d’une façon originale. Leur profession d’origine ou de référence compte moins que cette expérience travaillée, que cette culture partagée. Ils proposent les activités pour lesquelles ils ont quelque chose de plus à apporter : une science de l’accompagnement au long cours, ou une compétence particulière, sur le polar, sur la photographie ou sur l’écriture de rapports (pour nous en tenir à des exemples).

Pourquoi les animateurs d’Aleph ne sont-ils pas tous écrivains ?

Le fait d’être écrivain ou non n’est que l’un des éléments qui constituent la posture d’un animateur d’atelier d’écriture. À Aleph, doivent être de préférence écrivains, les personnes qui conduisent les cycles de création (Fragments autobiographiques, Roman, Nouvelles, par exemple). Mais pour animer un atelier régulier, il est plus important encore d’être un bon médiateur de groupe et d’être passionné par l’écriture d’autrui.

Comment choisir entre plusieurs animateurs ?

Cela suppose que plusieurs animateurs proposent la même activité. C’est le cas pour la formation générale à l’écriture littéraire à Paris ou à Lyon. Le mieux, en ce cas, est de les rencontrer, soit à l’occasion des Portes ouvertes, soit en s’inscrivant à l’une des journées ou stages "Oser écrire" que nous proposons.

Qu’est-ce qui garantit la qualité des ateliers d’Aleph ?

Aleph est l’atelier le plus en vue, et donc le plus copié en France, bien ou mal selon les cas. Plus importants à nos yeux sont les faits suivants : d’une part, nous existons depuis plus de vingt ans et avons accumulé une expérience considérable ; d’autre part, cette expérience continue à être interrogée et partagée à travers la publication d’ouvrages, ainsi que dans nos programmes internes de formation et d’échanges, qui concernent une cinquantaine de professionnels confirmés (et choisis parmi les centaines d’animateurs ayant suivi leur formation initiale à Aleph) ; enfin, la société est engagée dans une démarche globale qui vise la qualité, tant pédagogique qu’en tant qu’organisme de formation professionnelle. Cela n’évite pas les difficultés, mais donne de sérieuses garanties.