Publié le 22 juillet 2011

L’atelier international de poésie s’est conclu à Orivesi (Finlande)

Les Fondements de la poésie, atelier international créé conjointement par six écoles d’écriture européennes membres de l’EACWP (Association Européenne des Programmes d’Écriture Créative) a pris fin.

C’est à l’école des Beaux-Arts d’Orivesi, en Finlande, que se sont retrouvés pour une dernière séance poétique, les participants français, autrichiens, tchèques, espagnols, italiens et finlandais.

L’atelier avait débuté par une séance présentielle en février 2011 à Madrid, puis s’était poursuivi pendant cinq mois sur la plateforme en ligne mise à disposition par la Escuela de Escritores de Madrid. Les participants ont ainsi pu découvrir les "Fondements de la poésie" à travers des séances virtuelles créées par des intervenants de toutes les écoles.

Ce dernier rassemblement a également permis de dresser le bilan d’un des premiers ateliers d’écriture à échelle européenne, dont la création a été permise par le Programme d’Éducation et de Formation Tout au Long de la Vie de la Commission Européenne.

Pour beaucoup de participants, la vraie surprise a été que la confluence de sept langues différentes (en comptant le catalan), loin de compliquer l’apprentissage, a enrichi leur expérience. Au sein des ateliers présentiels, c’est le mélange des nationalités dans chaque groupe de travail qui a permis le plus d’échanges, aussi bien culturels que poétiques.

Un participant a ainsi pu faire le constat des tensions linguistiques en Europe (notamment en Belgique mais aussi en Slovénie ou en Finlande), et en déduire qu’un projet qui permet de bâtir au-delà des frontières autour de la poésie n’est pas dénué de sens. Dans les différentes interventions, c’est surtout la dimension de convivialité, d’échange bienveillant entre personnes de différentes nationalités qui a été appréciée.

Après la séquence animée par Mattia Garofalo et la présentation sous forme de lectures des objets d’atelier, le projet s’est officiellement clôturé avec une soirée "open-mike" : un micro, mis à la disposition de tous, a permis à beaucoup de partager leurs propres textes, ceux de poètes révérés, en anglais ou dans leur propre langue, une chanson, ou même un air de piano ...


Ce projet a été financé avec le soutien de la Commission européenne.
Cette communication n’engage que son auteur et la Commission n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.